Il y a 74 ans/74 years ago

9 juin 1944

Ce jour-là, Isigny est prise par les Américains débarqués à Omaha.

Dans le secteur Utah, après une préparation d’artillerie nourrie et grâce à l’action héroïque du soldat Ralph G. Riley équipé d’un lance-flammes, la 4th US ID emporte enfin la batterie d’Azeville.

Dans le secteur d’Omaha, lorsque point l’aube du 9 juin, les forces de la 352. ID sont sérieusement entamées.  Le risque de percée ennemie dans le secteur reste sérieux. Il en va de même sur l’aile droite, près de Bayeux.

Ce jour-là, Le 9 juin, Rommel, qui a pourtant longuement insisté sur l’importance cruciale de la journée suivant le débarquement, accède à la demande de Dollmann (commandant 7. Armee) qui propose que la contre-attaque soit repoussée jusqu’à ce que le II. Fallschirm-Korps soit en ligne et en mesure de soutenir le flanc du I. SS Panzerkorps.A D+3, les renforts allemands en route pour le front ou arrivés en Normandie  totalisent 125 000 hommes et 750 Panzer.

 

L’armée allemande contre-attaque pourtant ce jour-là, mais de façon fort limitée, voire piteuse…L’entrée en lice du Panther est calamiteuse… Dans la nuit du 8 au 9 juin, le Kampfgruppe Meyer mène un assaut sur Rots, préalable à une attaque lancée en direction de la station radar de Douvres-la-Délivrande avec pour objectif Bretteville l’Orgueilleuse, Norrey-en-Bessin puis la côte à Courseulles.  L’ambitieuse attaque est le cadre du premier engagement du char Panther en Normandie. L’assaut nocturne fait long feu. Après la prise de Rots, rapidement privé d’un soutien suffisant et à la merci des antichars, les Panther ne peuvent espérer s’emparer de villages transformés en véritables forteresses par l’ennemi. 5 des précieux Panzer sont perdus, dont un aurait été détruit à Bretteville l’Orgueilleuse par un autre Panther… Dans la journée du 9 juin lors d’une contre-attaque mal préparée sur Norrey, 7 Panther sont détruits en quatre minutes par 9 Sherman du Fort Garry Horse.

La Panzer Lehr ne connaît pas plus de succès. La division doit reprendre Bayeux aux Anglais. L’attaque, lancée le 9, semble débuter sous de bons auspices. Ellon est prise. Encore 5 kilomètres et Bayeux est reprise. Mais les Panzer et les Panzergrenadiere d’accompagnement sont pris à partie par un adversaire tenace, puis toutes les unités reçoivent l’ordre de stopper l’avance : il faut dépêcher de toute urgence des forces pour contrer les Canadiens qui se sont infiltrés sur le flanc gauche de la « Hitlerjugend ». Les combats se concentrent autour du secteur Tilly-sur-Seulles/Villers-Bocage. Etirée sur un front de 17 kilomètres, la Panzer Lehr est contrainte de passer -temporairement pense-t-on- sur la défensive.

A l’ouest de l’Orne, la 21. Panzer et la 346. ID échouent dans une contre-attaque bien que les Allemands bloquent les Britanniques devant le bois de Bavent.