Recension « Les tireuses d’élite de l’Armée rouge » de Liouba Vinogradova et Larissa Clarinard

Les tireuses d’élite de l’Armée rouge, Liouba Vinogradova et Larissa Clarinard, Editions Héloïse d’Ormesson, 2018

J’avais déjà apprécié le précédent livre de Liouba Vinogradova (recensé ici). Les tireuses d’élite de l’Armée rouge est de nouveau l’occasion de nous plonger dans l’enfer de la guerre germano-soviétique, qui est de plus en plus connue en France grâce aux ouvrages d’historiens comme Jean Lopez, Nicolas Bernard et Nicolas Pontic. Pour la seconde fois, Liouba Vinogradova donne la parole aux femmes soviétiques qui, nous le savons, ont combattu sur le front, cas assez unique au cours du conflit. Après les pilotes, elle nous emmène sur les traces des unités de snipers. Très vivant, le récit permet de saisir le quotidien de ces jeunes femmes, subissant les violences sexuelles de leurs officiers en même temps que celle d’un ennemi implacable. Les attentions de leurs camarades masculins, qui préfèrent les confiner à des tâches d’infirmières ou qui s’arrangent pour leur procurer quelques douceurs à manger, montrent que l’engagement au feu de femmes ne va pas de soi, même au sein de l’Armée rouge. Le livre est également l’occasion, une nouvelle fois, de mettre en exergue les misérables conditions de vie de la majeur partie des Soviétiques, avant même que la guerre éclate. Beaucoup de surprises dans ce livre passionnant, à commencer par cette incroyable tournée aux Etats-Unis de plusieurs tireurs d’élite, dont une jeune femme qui fait sensation auprès des alliés américains, mais dont la réalité des scores et du statut de sniper pose question… On est également ému par les écrits et le destin de Roza Chanina, tombée au feu à 20 ans à peine, ainsi que par les récits, très vivants et au coeur de l’action, de l’engagement de tant d’autres jeunes filles, qui ont si souvent été solidaires face à l’adversité. Le retour de ces femmes-soldats est également tragique, car leur présence au front alimente les suspicions… Un livre qui m’a captivé et que je recommande vivement.