Recension « La Saga du Sherman », Michel Estève (Heimdal, 2018)

    

Michel Estève, La Saga du Sherman, Heimdal, 2018, 240 pages

Un très bel ouvrage, qui est une mine d’informations,  recommandé aux amateurs. L’un des atouts de l’ouvrage est le fait que l’auteur soit à l’évidence un passionné, mais aussi un praticien des blindés, étant lui-même ancien tankiste, fin connaisseur du M4 Sherman. L’iconographie est riche, notamment en photographies (notamment le riche cahier photographie final, en sus des multiples photos présentées au fil des chapitres), mais aussi en raison des très nombreux profils, coupes et schémas réalisés par l’auteur en personne (très doué en la matière). On apprécie aussi les organigrammes (les fanas de la 2e DB seront comblés par le détail des noms des différents TD M10 et de Sherman de l’unité).

  

Le livre est très complet (y compris sur l’usage de Sherman après-guerre) et se lit aisément. Les aspects techniques (motorisation, poste de bord, munitions, etc) sont abordés avec beaucoup de précisions et des plus instructifs (on apprécie les schémas, profils et les coupes). L’auteur n’oublie pas les marquages des différentes nationalités (ce qui comblera les maquettistes). Les informations ne manquent pas non plus sur la genèse et la conception du Sherman.

  

L’autre point fort du texte est de nous présenter toute la gamme des M4 (y compris tous les modèles spécialisés et expérimentaux), au sens large du terme puisque l’étude inclut –fort justement- tous les engins dérivés du châssis, ce qui concerne donc les Tanks Destroyers, les M7 Priest, etc. A l’aide de nombreuses photographies et illustrations, l’auteur nous donne les clés pour comprendre et distinguer tous les modèles de Sherman (tourelle, châssis, chenilles, etc), en prenant souvent exemple sur des exemplaires encore visibles de nos jours.

Si l’engagement au combat  est évoqué, les écueils majeurs sont l’absence de récit chronologique sur l’engagement des Sherman au feu, avec effectifs, pertes, témoignages, retours d’expérience, etc, mais ce n’était pas le propos de l’auteur. On regrette l’absence de mention du bilan de leur première action de la guerre, à El Alamein. Certes, la question du D-Day et de la bataille de Normandie, ainsi que de la 2e DB sont abordés, mais c’est un peu court.

Un livre cependant très réussi et à posséder, qui se termine par une sympathique annexe intitulée «  »70 ans plus tard… ».