77 years ago: El Alamein 1942 (8). 25 octobre 1942

25 octobre : la bataille d’attrition se poursuit mais aucune percée n’est réalisée

Lumsden a informé Montgomery de l’attaque nocturne qu’il va lancer avec son corps blindé. Un violent tir de contre-batterie puis un barrage d’artillerie forment le prélude à l’opération lancée par la 10th Armoured Division. Les deux brigades blindées de Gatehouse, les 8th et 24th , et la brigade motorisée de soutien, la 133rd , sont pourtant dès le début empêtrées dans le champs de mines disposé le long de la crête de Miteiryia. Les tentatives de déminage sont soumises aux tirs efficaces de l’artillerie germano-italienne tandis que les blindés en attente reçoivent l’attention de la Luftwaffe qui lance un raid aérien, ce qui a pour conséquence de désorganiser les unités contraintes de se disperser pour éviter les bombes. Une colonne de la 8th Brigade est atteinte par un bombardier allemand, provoquant un brasier illuminant tout le secteur. Les canons antichars germano-italiens et la Luftwaffe se concentrent alors sur la brigade blindée. Cette intervention de Junker 88 depuis la Crète démontre de façon brillante à quel point l’offensive de Montgomery n’aurait eu aucune chance de réussir sans une totale supériorité aérienne. Lorsque l’assaut est repris, le barrage d’artillerie britannique tombe bien trop en avant des unités blindées pour que celles-ci puissent espérer progresser derrière sa protection. Dans ces conditions, le brigadier Custance, le chef de la 24th Armoured Brigade, est d’avis qu’il serait bien mal avisé de poursuivre l’avance au risque d’exposer ses blindés en terrain découvert au lever du jour. Gatehouse acquiesce, au grand dam de Freyberg dont les Néo-Zélandais ont absolument besoin du soutien des divisions blindées. Freyberg informe donc Leese de la situation. Ce dernier s’empresse de réveiller Monty, pour le moins ennuyé par la tournure que prennent les événements. Montgomery décide donc d’une conférence avec ses deux chefs de corps, Lumsden et Leese, à son QG tactique à 3h30 du matin. Monty annonce à ses subordonnés que la 10th Armoured Division percera comme prévu cette nuit même et il avise Lumsden de ne pas hésiter à relever des officiers de leurs fonctions si les ordres ne sont pas suivis. Dans la nuit, des rumeurs encourageantes lui parviennent. Pourtant, au lever du jour, le commandant de la 8th Army constate amèrement que rien de concret n’a en fait été réalisé : la 10th Armoured Division et la 9th Armoured Brigade ne sont toujours pas en mesure d’affronter les divisions de Panzer ni de soutenir les opérations menées par les Néo-Zélandais. Des dizaines de Shermans et de Grants ont été perdus en vain. Au nord, la 1st Armoured Division n’a toujours pas conquis Kidney Ridge. Au sud, la 7th Armoured Division se trouve encore confrontée à la difficulté de traverser les champs de mines. Devant ce constat accablant, Freyberg annonce à ses supérieurs que sa division néo-zélandaise n’est pas en mesure de réaliser ses opérations de grignotage des positions d’infanterie adverses. Sa confiance envers les unités blindées est désormais au plus bas et il désespère désormais que Gatehouse se résigne un jour à pousser sa division au-delà de la crête de Miteiriya. Freyberg propose pourtant à Montgomery de lancer à l’assaut sa 2nd New-Zealand soutenue par l’artillerie pour s’emparer d’une position à quatre kilomètres plus à l’ouest. Ce gain appréciable de terrain permettra, pense t-il, de déployer enfin la 10th Armoured Division au-delà de la crête de Miteiriya. Monty rejette la proposition de Freyberg, sachant pertinemment qu’une telle attaque serait trop coûteuse en hommes et opérerait des coupes sombres au sein des unités d’infanterie. Il aura en effet trop besoin de ces hommes dans ses opérations de grignotage. De plus, Monty sait que les quatre divisions de 30th Corps qui ont mené l’attaque principale à travers les champs de mines depuis le 23 octobre ne sont plus que l’ombre d’elles-mêmes en raison des pertes. Seule la 9th Australian Division fait encore bonne figure, ses bataillons étant encore à peu près à effectifs pleins. Dans l’autre camp, von Thomas et son état-major sont consternés du manque d’allant des unités britanniques. Von Thomas ne comprend absolument pas pourquoi Montgomery n’a pas poussé immédiatement le succès remporté au cours de la première nuit ni la timidité d’action qui caractérise les unité blindées britanniques. Devant l’importance des moyens mis à disposition de Leese et de Lumsden, von Thomas a clairement identifié le secteur de la crête de Miteiriya comme l’attaque principale ennemie. La lenteur de ses adversaires lui a permis de redéployer dans cette zone de nouveaux canons, de poser de nouvelles mines et d’y déployer une partie de ses forces blindées. En dépit de la supériorité numérique britannique à la veille de la bataille, l’armée germano-italienne est à moment-là en mesure de faire échouer complètement l’offensive de la 8th Army. L’opération « Lightfoot » ne se déroule donc absolument pas comme l’avait prévu Montgomery. Contrairement aux divisions blindées du 10th Corps, le 30th Corps a certes atteints ses objectifs, au prix de 4 600 pertes dans les rangs de l’infanterie. En face, l’Axe accuse la perte de 3 700 hommes. Toutefois, il n’a pas été nécessaire à la Panzerarmee Afrika de faire intervenir la majeure partie de l’Afrika Korps, hormis quelques blindés de la 15.Panzer Division, et la 90.Leichte est toujours placée en réserve. Monty doit donc s’assurer que son armée peut se permettre de poursuivre cette bataille d’attrition. Il convoque donc son chef d’état-major, Freddie de que, pour obtenir les informations nécessaires. En à peine deux jours de bataille, le 10th Corps a perdu 191 chars, dont 121 précieux Shermans et Grants. Ceci signifie que 29% des précieux chars moyens américains ont été touchés. La 23rd Armoured Brigade a perdu de son côté 63 blindés et la 7th Armoured Division accuse la perte de 62 tanks, dont seulement 8 Grants. Monty a donc perdu 316 chars et n’en possède donc plus qu’environ 750. Ceci représente une supériorité numérique confortable amis les pertes en chars Sherman et Grants sont inquiétantes. L’analyse de de Guingand est toutefois rassurante pour Monty puisqu’il souligne que de nombreuses pertes correspondent en fait à des dommages causés par des mines, ce qui signifie donc que les réparations ne seront pas longues. De Guingand estime en outre à 40-50 chars en provenance des ateliers et des bases le chiffre quotidien pouvant être perçus au cours de la semaine à venir. La 8th Army peut donc maintenir sa pression sur la Panzerarmee. Il reste que l’inquiétude gagne le QG de la 8th Army et Londres : un échec de la 8th Army jouissant d’une telle supériorité serait un véritable honte pour l’armée britannique, qui plus juste avant le débarquement anglo-américain en Afrique du Nord. Toutefois, la bataille ne sera pas gagnée facilement et les Britanniques s’en sont rendus compte dès les premières heures. Monty ne dispose pas de réserves puisque le 10th Corps est déjà engagé. On constate ici une limite aux conceptions opérationnelles britanniques en matière de percée.

Le 25 octobre, en milieu de journée, Monty décide de surprendre son adversaire en frappant en force depuis son aile droite. La 1st Armoured Division brisera les lignes adverses à partir d’un bouclier défensif établi par les Australiens. Ces derniers vont commencer leurs opérations de grignotage en direction de la route côtière. La Panzerarmee ne peut laisser une telle menace se réaliser sans réagir. Par conséquent, Monty est décidé à faire porter tout le poids de l’offensive dans le nord si les opérations menées par les Australiens et la 1st Armoured Division sont couronnées de succès. Entre temps, la 10th Armoured Division est retirée du front à l’exception de sa 24th Armoured Brigade qui rejoint la 1st Armoured Division dans le nord et l’assister dans sa délicate offensive. Le 25 octobre, l’avance de la 1st Armoured Division est certes limitée devant le rideau antichar défensif adverse mais elle parvient néanmoins à repousser une contre-attaque blindée adverse, au prix de la perte de 34 de ses chars. Dans le sud, la 7th Armoured Division est relevée par la 44th Home Counties Division. Si les gains du 13th Corps ne sont guère significatifs, son succès réside dans le maintien au sud de la 21.Panzer Division et de la division blindée Ariete alors que le sort de la bataille se joue au nord. Ces deux unités ne se maintiennent toutefois au sud qu’un temps car la division Folgore et les parachutistes allemands de la brigade Ramcke font savoir qu’ils sont en mesure de contenir la poussée ennemie sans l’aide des blindés.

  

Bishop et Lorraine Schlepper: l’artillerie automotrice est une nouveauté dans la guerre du désert

Dans le plan de « Lightfoot », la 24th Brigade de la 9th Australian Division doit attaquer avant tout pour maintenir la pression sur les unités ennemies qui lui font face dans le secteur côtier, tandis que les deux autres brigades de la division, la 20th et la 26th, participent au grand assaut qui doit permettre de percer le front de la Panzerarmee. Le 25 octobre, Monty décide de porter l’effort de grignotage de l’infanterie de Rommel dans le secteur nord, celui des Australiens. La 26th Brigade est donc envoyée à l’assaut du Point 29, une éminence d’à peine 20 mètres de hauteur, mais c’est la seule de son secteur et elle offre des vues sur 4 à 5 kilomètres dans toutes les directions. Cet objectif se trouve au nord des positions atteintes par les fantassins australiens au cours des combats des jours précédents. Il apparaît donc que le contrôle de la crête 29 permettra de poursuivre l’avance en direction de la côte, encerclant par cette occasion la majeure partie de la 164.Leichte Division. Monty saisit vite l’opportunité d’une telle attaque : une telle menace pesant sur la 164.Leichte Division ne peut qu’obliger l’ennemi à intervenir, exposant ainsi ses Panzer à la destruction. Outre les Australiens, la 51th Highland continue sa pression dans son secteur tandis que les blindés de la 1st Armoured Division doivent poursuivre leurs tentatives de percée en direction de l’ouest et du nord-ouest. Ces trois formations représentent donc une menace de première importance sur le flanc gauche de la Panzerarmee. 15 000 obus s’abattent sur les positions allemandes. L’attaque s’est fait à bord de Bren-Carriers et les soldats australiens se ruent sur des défenseurs pris totalement par surprise une minute à peine après que le bombardement d’artillerie dont le bruit fracassant et la poussière dégagée a poussé les défenseurs à se terrer dans leurs abris de fortune. Le Trig 29 est donc pris par les Australiens la nuit du 25 au 26 octobre, après quoi Morshead s’apprête à lancer un nouvel assaut vers le nord dans la nuit du 28.

 

Write the message

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>