8th Army 1941-1943 (6)

 

FFL de la Légion, « Box » de Bir Hacheim

Les « Boxes »

Cette organisation marque particulièrement l’ordre de bataille britannique pour la bataille de Gazala. Un « box » consiste en fait en un périmètre défensif défendu par une brigade d’infanterie à couvert dans des tranchées protégées par des barbelés et des champs de mines. Le « box » est sensé mettre l’infanterie à l’abri des blindés ennemis grâce à ces retranchements et aux points d’appuis antichars et d’artillerie qui renforcent sa défense. Le problème pour les Anglais est l’absence de coordination entre les composantes d’une division, les « boxes » sont souvent trop éloignés les uns des autres pour se fournir un soutien mutuel. Si les « boxes » permettent une défense tout azimut et règlent le problème du manque de transport pour toutes les unités d’infanterie, les armes lourdes, disséminées, ne sont donc nulle part disponibles en assez grand nombre. Cette répartition des unités est une des causes du désastre de la bataille de Gazala et de la chute de Tobrouk en mai-juin 1942. Cependant, si en théorie les Army Tanks Brigades et les Armoured Division doivent manœuvrer pour venir à leur secours et détruire les Panzer, les « boxes », trop faibles pour résister à un assaut résolu, seront généralement anéantis les uns après les autres. La défense remarquable du « box » de Bir Hacheim démontre ce qu’une unité d’infanterie déterminée et résolue est capable de réaliser et reste exemplaire. Les combats ardus menés par l’Afrika Korps pour la destruction du « box » de la 150th Brigade sur la ligne de Gazala et, plus encore, contre celui de la 18th Indian Brigade à Deir el Shein à El Alamein prouvent cependant que les « boxes » ne permettent pas de remporter la décision. Au moment d’El Alamein, Auchinleck a bien saisi l’importance de maintenir les unités d’infanterie mobiles, y compris celles qui sont affectées à la défense d’un « box ». Auchinleck prend donc la décision controversée de motoriser l’intégralité de son infanterie en redéployant sur le Delta les unités ne pouvant pas être transportées par le parc de véhicules alors existant. Auchinleck attend un soutien mutuel et réciproque entre les divisions et les corps de son armée et ne veut en aucune façon qu’une brigade d’infanterie reste immobile et livrée à elle-même bien que la conception des « boxes » ne soit pas abandonnée.

   

 

Write the message

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>