Patton et son Sentinel

Patton à bord d’un Stinson L-5 Sentinel

Un appareil qu’il utilise depuis la période d’entrainement aux Etats-Unis et qu’il affectionne particulièrement au moment de la percée d’Avranches. Cela ne va pas sans danger… Patton est en effet de plus en plus contraint de se déplacer en avion de liaison L-5, ce qui n’est pas à son goût : « Je n’aime pas cela, écrit-il à Beatrice. J’ai l’impression d’être un pigeon d’argile… » de fait, un chasseur de la Luftwaffe en maraude ou une pièce de Flak n’aurait pas de difficulté à abattre le petit avion de liaison. Ses propres soldats peuvent présenter également un danger insoupçonné : survolant par mégarde une batterie de 155 mm, le Sentinel est secoué par le sillage des obus dans le ciel. désormais, il volera à plus haute altitude. un jour, à des fins de dissimulation, il évolue en rase-mottes lorsqu’il observe un hôpital de campagne allemand, preuve qu’il s’est enfoncé au cœur des lignes ennemies.

Write the message

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>