Menu

Le dictionnaire du Débarquement

Couverture du livre Dictionnaire du débarquement

Titre : Dictionnaire du Débarquement

Edition : Ouest-France (15 mars 2011)

Sous la diréction de Claude Quétel, auteur : Benoît Rondeau, Christophe Prime, Yann Magdelaine et Pascal Vannier.

Extrait de l’introduction

À la différence de nombreuses batailles ayant eu un seul théâtre de combats, celle du Débarquement allié en Normandie a été une succession longue et meurtrière de batailles complexes qui ont duré près de cent jours – presque une guerre, du fait de son enjeu dans l’issue du conflit mondial. Ces épisodes multiples et fameux ont laissé leur nom dans toutes les mémoires : Sainte-Mère-Église, Omaha, la pointe du Hoc, Arromanches, la guerre des haies, la poche de Falaise-Chambois… Mais la mémoire du Jour J et de la bataille de Normandie, au-delà de celle des combats et des combattants, c’est celle aussi de pratiquement chaque ville et chaque village de Normandie qui ont dû payer souvent très cher leur libération. Chaque nom, chaque mot de cet été 1944 fait mémoire. C’est dire que la forme même d’un dictionnaire historique, sous le terme populaire et mémoriel de «Débarquement», a aujourd’hui toute sa place.

Avec près de 1 400 entrées, complétées de 40 cartes originales, ce Dictionnaire du Débarquement constitue d’abord un instrument indispensable à une consultation ponctuelle que facilite un double système de renvois : pas moins de 360 «entrées vides» renvoyant à une autre notice et des astérisques permettant la navigation d’une notice à une autre.

Ce Dictionnaire du Débarquement est aussi un livre d’histoire en soi, au gré des approches du lecteur. Il y a en effet plusieurs façons de «visiter» l’histoire du Débarquement en Normandie et nous nous sommes efforcés de respecter un équilibre entre les différentes thématiques :
° Le plus grand nombre des notices (plus de 400) est consacré aux villes et aux communes. Seules celles qui ont connu des combats ont été retenues afin de ne pas submerger ce dictionnaire de milliers de notices (précisément 3 313 pour les cinq départements normands !) se réduisant d’ailleurs à une date de libération. Cela dit, des oublis sont toujours possibles. Chaque commune de Normandie garde aujourd’hui encore une mémoire précise et souvent émue de son été 44. Hors même des combats, certaines libérations ont pu se dérouler dans des circonstances particulières. Nous tiendrons soigneusement compte des rectifications dans ce sens dans les nouvelles éditions de ce dictionnaire.

Write the message

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

preloader