Recension de « Au-delà des plages. La guerre des Alliés contre la France » de Stephen Bourque

Stephen Bourque, Au-delà des plages. La guerre des Alliés contre la France, Passés Composés, 2019, 414 pages

Deux mois avant le 75e anniversaire du Débarquement, c’est le moment de lire ce superbe ouvrage de Stephen Bourque. Il ne fait aucunement double emploi avec ce qui a déjà été écrit sur le sujet. Si les diverses opérations menées par les forces stratégiques aériennes alliées sont immanquablement évoquées dans les ouvrages consacrés au Jour J, l’auteur concède que les auteurs anglo-saxons ne font qu’éluder la question des « dommages collatéraux », la seule réflexion, quand il y a en a une, se focalisant sur le succès ou non des offensives aériennes à buts stratégiques. L’auteur, très bien documenté, sait pertinemment que la mémoire des bombardements est toute autre en France.

Habitant à Rouen, ayant vécu plus de trente années à Caen, d’une mère ayant perdu sa maison sous les bombes alliées à Pont-l’Evêque le 6 juin 1944, ce livre m’a particulièrement captivé.

Dans un livre remarquablement écrit, Bourque nous dévoile les différentes étapes du débat stratégique quant à l’utilisation dans le cadre d’ « Overlord » des bombardiers « lourds » du Bomber Command de Harris et de la 9th USAAF de Spaatz. Il ne s’agit plus de frapper le tissu industriel allemand et sa population, mais de bombarder des populations alliées que les forces terrestres vont libérer… Le propos est fort bien amené, les éléments étudiés dans les différents chapitres clairement exposés. Le lecteur est assuré d’avoir entre ses mains un ouvrage qui fait clairement le tour de la question. Le livre commence par une évocation de l’emploi des forces aériennes, ainsi qu’une présentation de la France occupée puis suit par un chapitre intitulé « Le commandement du général Eisenhower ». Suivent huit chapitres thématiques détaillant les différents types de cibles des forces stratégiques aériennes (par exemple: l’opération « Crossbow » contre les V1 et les V2; les ponts; les centres ferroviaires; l’opération « Fortitude »…), ainsi que les débats virulents qui eurent cours à l’époque à ce propos. Le tout avec des exemples bien choisis de raids suffisamment détaillés pour être démonstratifs et pertinents, mais qui évitent en même temps toute sensation d’être rébarbatif, comme peuvent l’être les compte-rendus d’opérations aériennes. Les témoignages des civils sous les bombes confèrent une coloration humaine au récit, un élément essentiel qui fait hélas défaut à trop de livres d’histoire militaire. Les donnée techniques sur les méthodes de bombardements et le matériel volant et embarqué est tout aussi intéressant.

La bataille de Normandie, et en particulier les événements du 6 juin, sont évidemment largement couverts dans cet ouvrage, et ces pages sont passionnantes (malgré quelques menues coquilles sans conséquences, dont une confusion « Epsom »/ »Charnwood » et le fait que l’heure allemande est exceptionnellement la même que l’anglaise à l’été 1944) .

Ces bombardements étaient-ils nécessaires? Y avait-il une alternative? A chacun de se forger un jugement, mais un tel ouvrage aide à la compréhension des événements et à y réfléchir sereinement. Un facteur essentiel transparaît: si Hitler avait mieux géré ses réserves de Panzer-Divisionen, en dépit de l’écrasante supériorité aérienne alliée, tous ces bombardements auraient été vains, bombardements qui ont par ailleurs fort entravés les Alliés lors de leur poursuite après la percée d’Avranches…

C’est en fait le livre le plus captivant et le plus complet que j’ai lu sur le sujet. Vivement recommandé pour les passionnés du Débarquement. Il est question d’histoire militaire, mais pas seulement…

 

Write the message

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>