Recension « Le sacrifice des Fallschirmjäger. Tome 1. Du 26 juillet au 5 août 1944″de Didier Lodieu

Didier Lodieu, Le sacrifice des Fallschirmjäger. Tome 1. Du 26 juillet au 5 août 1944, Editions Poche de Falaise-Chambois-Didier Lodieu, 2019

Les Fallschirmjäger en Normandie: de quoi attirer l’amateur… Et ce d’autant plus que la période considérée est moins étudiée que d’autres: il ne s’agit ni de Carentan, ni de Saint-Lô, ni du Mont Castre, mais de la période entre « Cobra » et la prise de Vire, dans une zone souvent délaissée dans les narration de ces deux semaines de combats en Normandie. Les combats restent très durs et l’armée allemande est loin de s’écrouler…

Didier Lodieu, qui publie à compte d’auteur, nous apprend en introduction qu’il s’agit là de sa dernière publication (chacune d’elle s’avère fort coûteuse). L’auteur nous a gratifié de nombreux ouvrage fort intéressants -et souvent sur des sujets inédits- sur les unités allemandes engagées en Normandie. Il a pour cela rencontré de nombreux vétérans, fouillé les archives, arpenté le terrain. Un travail considérable dont il nous fait profiter. Ce nouvel opus, consacré aux « Diables Verts » de Meindl est remarquable. Outre une intéressante iconographie (toujours originale et abondante, selon les habitudes de l’auteur), le texte nous emmène dans l’enfer de la bataille de Normandie. Didier Lodieu est un des rares auteurs qu’il est facile de suivre lorsqu’on touche au niveau tactique, voire sub-tactique (si l’on peut dire) des opérations. On a l’impression d’assister au combat et nombre de petits détails rendre le récit très vivant. Les témoignages des vétérans participent de ce réalisme. Les légendes des photographies ne sont jamais anodines ni bâclées: c’est toujours l’occasion de signaler un détail intéressant ou de se plonger dans le quotidien des combattants. Didier Lodieu n’oublie pas les adversaires des paras allemands car il est beaucoup questions des GI’s, mais aussi des Tommies, fort bien présentés eux-aussi. Heureusement, il fait le point sur la situation stratégique d’ensemble et les nombreux inserts des souvenirs d’Eugène Meindl sont ici les bienvenus. L’amateur appréciera aussi qu’il est question d’autres unités allemandes, à commencer par la très peu étudiée 363. ID.

J’ai eu à plusieurs reprises à déplorer que Didier Lodieu ne prenne pas assez de distances avec les témoignages des soldats allemands interrogés. Il ne verse pas dans cette écueil ici comme en témoigne une légende de photographie: « Dans ce Reich qui les rongeait, et cette misère idéologique qui les a gangrenés, ils ne savaient pas non plus que leur cause était perdue, car ils s’étaient rangés du mauvais côté ».

Un bon livre qui m’a procuré un bon moment de lecture (comme toujours avec cet auteur) sur une de mes campagnes préférées -la bataille de Normandie- et à propos des troupes parmi les plus fascinantes de la guerre, à savoir les Fallschirmjäger. A lire par tous les passionnés. Pour les autres, une mise au point préalable sur la campagne est sans doute nécessaire pour mieux en profiter (en lisant par exemple mon Invasion!, qui raconte toute la bataille de Normandie selon le point de vue allemand). J’attends avec impatience la suite…

Le livre est à commander auprès de l’auteur : didier-lodieu.fr

Write the message

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>