Recension « Les nazis en fuite »de Gerald Steinacher

Gerald Steinacher, Les nazis en fuite« Perrin, Tempus, 2018 

Presque 800 pages d’enquête et de révélations sur le devenir de bourreaux nazis après la Seconde Guerre mondiale. Gerald Steinacher s’intéresse plus particulièrement à la compromission du Vatican, de la CIA mais aussi du CICR avec les réseaux de fuite des nazis. On connaît l’opiniâtreté d’un Simon Wiesenthal ou des époux Klarsfeld, et c’est tout à leur honneur. Mais on sera surpris des appuis dont ont bénéficié les criminels dans un contexte de Guerre Froide, qui fournit bien des explications, puisque la traque des criminels allemands par les Alliés cesse rapidement. L’amnistie dont beaucoup ont bénéficié ne manque pas de consterner le lecteur qui croise par ailleurs au fil des pages le destin des nazis célèbres: Mengele, Eichmann, Barbie, Rauff, Rudel, etc. S’il est beaucoup question de l’Italie, l’auteur aborde évidemment le sujet de l’Amérique du Sud, et en premier lieu l’Argentine de Peron. On aurait cependant aimé plus de détails sur l’Espagne ou le Moyen-Orient, ainsi que des éléments concrets sur les activités post-Seconde Guerre mondiale des nazis, mais ce n’est pas là l’objet de cette étude déjà très poussée et très documentée. Au final un livre intéressant, qui porte à réflexion.

Write the message

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>