Recension rapide de « Le Jour où l’Amérique a vu la guerre » de Cyril Azouvi

Cyril Azouvi, Le Jour où l’Amérique a vu la guerre, Lux, 2015, 141 pages

Un petit bijou que ce petit livre de Cyril Azouvi, fruit d’un véritable travail d’historien et d’une enquête passionnante. A l’heure où le public attend la « guerre à zéro mort », l’auteur, journaliste, nous démontre comment la couverture médiatique de la bataille de Tarawa, le fameux combat mené par les Marines pendant trois jours sur un îlot de l’atoll en novembre 1943, a changé radicalement la manière de montrer la guerre à la population américaine. Cyril Azouvi a eu le privilège de rencontrer Norman Hatch, l’homme qui a bravé les balles japonaises pour nous rapporter les seules images tournées le premier jour de la bataille… à tout le moins les plus crues. La réaction des civils américains aux premières coupures de presse et aux premières images, puis lors de la sortie de films sur le sujet est très instructive. Le gouffre qui sépare le ressenti et le vécu des soldats de « ceux de l’arrière » est parfaitement mis en exergue. Outre son enquête, l’auteur n’oublie pas de nous narrer la bataille et de nous fournir des témoignages poignants. Cyril Azouvi répond ensuite à des questions pertinentes: « Hiroshima, fille de Tarawa »? « Payer le prix de la victoire? » L’introduction est excellente et donne le ton des pages qui suivent. Un texte très actuel qui nous interroge sur notre rapport à la guerre. Une belle lecture captivante (servie par un texte bien écrit).

Write the message

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>